Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Foto

FR    ES

Animaux Carnivores

Mise en scène et texte Cristián Soto

Mise en scène et texte 

Cristián Soto

Présentation Théâtre de la Place (actuellement Théâtre de Liège)

Présentation Théâtre de la Place (Théâtre de Liège)

Un vidéophone. Un coup de feu. Un personnage meurt mais semble vivant dans la scène suivante. Un cercle infernal qui s’installe dans les villes qui adoptent de plus en plus des systèmes pour surveiller les quartiers et tenter de réduire « la délinquance ». Les biens des personnes doivent être en sécurité et cette peur, cette surveillance omniprésente, font partie d’une esthétique contemporaine.

La pièce Animaux carnivores traverse divers espaces de notre contemporanéité divisée. Sur Internet, les visiteurs passent, en une seconde, de la conversation amoureuse la plus tendre au « chat » impersonnel, d’une séance « vidéo porno » à l’indiscrétion la plus poussée de la télé – réalité. Univers du simulacre, perpétuellement changeant et surveillé en permanence.

Foto

Les personnages sont à l’image du texte : amoureux et violents, à la fois tortionnaires et amants, haineux et tendres, monstres et anges, à la fois victimes et bourreaux. Aujourd’hui les discours politiques sont mélangés avec les images des écrans.

foto

« Quand Pinochet est mort je me trouvais à Paris et je me suis senti complètement fragmenté. Cette distance et le fait de vivre cet évènement historique de mon pays dans une autre terre, m’ont amené à écrire et commencer une longue recherche sur la dictature et les réfugiés politiques.

Je me suis trouvé dans un labyrinthe, et sa dimension augmentait de semaine en semaine, parce que cela ne concernait plus seulement la dictature au Chili, mais aussi d’énormes réseaux invisibles étendus en l’Amérique latine, l’Europe, les États-Unis, l’Afrique et l’Orient.

À un moment j’ai décidé d’arrêter la recherche parce que je me suis rendu compte que l’information était comme la trajectoire d’une particule. A certains moments, la ligne historique disparaissait et, tout de suite, elle réapparaissait mais différemment. Il a été impossible d’essayer d’unir toute l’histoire de la dictature et ses diverses ramifications parce que la mémoire historique a été démembrée, une sorte de schizophrénie », dit Cristián Soto.

foto

Est-ce que cette histoire se passe pendant les années 70, 80 ou maintenant? C’est un salon à Paris, un salon au Chili ou une salle de torture? Est-ce que les personnages sont morts ou vivants? Tout comme cette contemporanéité fragmentée aux abois qui passerait d’une pensée à l’autre sans suite, sans logique, au tempo de ses angoisses et de ses pulsions de vie et de mort.

foto

Mise en scène et texte : Cristián Soto

Assistant mise en scène : Florencia Cano Lanza

Lumière : Xavier Hulot

Vidéo : Pablo Rivas

Assistant vidéo : 

Antoan Kurti, Pauline May

Images d’archives : Enrique Ramírez

Interprété par :

Sophie Tzvetan, Alain Khouani,

Oisín Stack

Création musicale : Xavier Stack 

Création scénographie et costumes :

Olivia Schwab

Théâtre de la Place.

Liège, 2009.

Résidence au Théâtre de la Place (actuellement Théâtre de Liège), Centre Européen de Création et Chorégraphique, Belgique. 

Mise en scène et texte :

Cristián Soto

Assistant mise en scène : 

Florencia Cano Lanza

Lumière : Xavier Hulot

Vidéo : Pablo Rivas

Assistant vidéo : 

Antoan Kurti, Pauline May

Images d’archives :

Enrique Ramírez

Interprété par :

Sophie Tzvetan, 

Alain Khouani,

Oisín Stack

Création musicale : 

Xavier Stack 

Création scénographie et costumes :

Olivia Schwab

Théâtre de la Place.

Liège, 2009.

Résidence au Théâtre de la Place (actuellement Théâtre de Liège), Centre Européen de Création et Chorégraphique, Belgique. 

foto

foto

Photos : Xavier Hulot

Web copyright : Cristián Soto 

Photos : Xavier Hulot

Web copyright : Cristián Soto